Parmi les plus célèbres des écrits de Marcel Proust, on ne peut jamais se passer du fameux questionnaire de Proust. Cet écrit est un travail pour la promotion de la personnalité. Toutefois, le questionnaire de Proust n’est ni une œuvre complète ni un travail expressif.

La confession, un jeu anglais à l’inspiration du questionnaire de Proust

Cet écrit légendaire a été inspiré d’un jeu anglais intitulé « Confessions ». Plusieurs questions y sont énumérées et auxquelles, on devrait apporter des réponses. Il s’agit d’un divertissement au plaisir de se reconnaitre mais aussi de se faire connaitre, d’où, un jeu sur la personnalité. Ceci date du XIXème siècle, une époque durant laquelle, ce genre de distraction pour la connaissance de soi était à la mode en Angleterre. A travers des questions posées, le joueur peut, librement, évoquer ses goûts et ses propres convictions. Le questionnaire de Proust constitue ouvertement une méditation à l’égard de ce jeu anglais.

Proust donne ses réponses

Proust découvre ce jeu pendant son adolescence et donne ses réponses à de nombreuses reprises. Sa réponse en manuscrit datait de ses 19 ans, 1890. En effet, les textes originaux étaient en anglais, mais Proust avait traduit les questions puis rédige toutes les réponses en français. La traduction était libre. Ainsi, il s’était permis d’apporter quelques modifications. En effet, des questions ont été ignorées et supprimées, certaines d’entre elles ont été scindées. Enfin, il avait ajouté d’autres numéros d’interrogation dans la liste. Les principaux intérêts du questionnaire de Proust étaient : la retouche sur la série de question, la façon dont il rédige les réponses et la manière dont il évoque sa personnalité.

Qu’est-ce qui marque le questionnaire de Proust ?

En gros, le questionnaire de Proust  est constitué d’une trentaine de points évoquant la personnalité de la personne consulté. Les aspects relatés concernent plutôt la vision apporté à l’égard d’une tierce personne tel que : « la qualité que je préfère chez un homme », et ainsi, fait un reflet sur l’individu concerné : « ma vertu préférée ». Les réponses apportées par Marcel Proust diffusent une intelligence à travers un idéalisme de la connaissance de soi sur le rêve, les défauts, le malheur à venir, l’avenir, les goûts particuliers, les préférences et les références personnelles. Découvert en 1924, ce manuscrit sera vendu aux enchères pendant les années 2000 pour des centaines de milliers d’Euros.